Groupement d'intérêt public de recherche dans les domaines de l'aménagement du territoire, de l'urbanisme et de l'habitat

L'évolution des documents d'urbanisme

La loi ELAN comporte deux habilitations à intervenir par voie d’ordonnances. La première vise à simplifier la hiérarchie des normes en supprimant le rapport de « prise en compte » (il n’y aura donc plus qu’un rapport de compatibilité entre normes et de conformité pour les normes directement opposables aux autorisations de construire) et en limitant le nombre de normes opposables aux documents d’urbanisme. Le gouvernement a ainsi dix-huit mois pour : « limiter et simplifier à compter du 1er avril 2021 les obligations de compatibilité et de prise en compte pour les documents d'urbanisme :

1° En réduisant le nombre des documents opposables aux schémas de cohérence territoriale, aux plans locaux d'urbanisme et aux documents d'urbanisme en tenant lieu, ainsi qu'aux cartes communales. Les chartes des parcs naturels régionaux prévus à l'article L. 333-1 du code de l'environnement ne sont pas comprises dans cette réduction ;

2° En prévoyant les conditions et modalités de cette opposabilité, notamment en supprimant le lien de prise en compte au profit de la seule compatibilité ;

3° En prévoyant les modifications des dispositions du chapitre Ier du titre IV du livre Ier du code de l'urbanisme relatives au contenu du schéma de cohérence territoriale rendues nécessaires par les évolutions prévues aux 1° et 2° du présent article ;

4° En prévoyant les mesures de coordination rendues nécessaires par le 2° pour l'adaptation du schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires prévu à l'article L. 4251-1 du code général des collectivités territoriales, ainsi que les modalités d'application dans le temps de ces mesures à ce schéma ;

5° En prévoyant que seuls le projet d'aménagement et de développement durable du plan local d'urbanisme ainsi que les orientations d'aménagement et de programmation du plan local d'urbanisme qui concernent l'ensemble du territoire couvert par ledit plan doivent être compatibles avec le document d'orientation et d'objectifs du schéma de cohérence territoriale ».

L’autre ordonnance prévue concerne les schémas de cohérence territoriale (SCoT), et il est prévu que, toujours dans un délai de dix-huit mois, le gouvernement est habilité à prendre : « toute mesure de nature législative propre à adapter à compter du 1er avril 2021 l'objet, le périmètre et le contenu du schéma de cohérence territoriale prévu à l'article L. 141-1 du code de l'urbanisme, afin de tirer les conséquences de la création du schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires prévu à l'article L. 4251-1 du code général des collectivités territoriales et du transfert de la compétence en matière de plan local d'urbanisme aux établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre ».

Le GRIDAUH a, à la demande du ministère, travaillé sur ces questions et a rendu deux études, rédigées par Elise Carpentier, Professeur à l’Université Aix Marseille et Rozen Noguellou, Professeur à l’École de Droit de la Sorbonne, portant sur la hiérarchie des normes et sur la question des modalités d’évolution des documents d’urbanisme.

 

L'évolution des documents d'urbanisme

La question de la hiérarchie des normes en droit de l’urbanisme: Nécessaire simplification

PLUS D'EVENEMENTS + CONTACTEZ-NOUS +